fleche 3 agriculteurs décident de travailler ensemble pour relocaliser les cycles des matières Stéphane Mainsant Stéphane, Thibault et Geoffroy sont 3 agriculteurs qui se sont rencontrés dans le cadre des actions du CIVAM. À la fois porteurs de la dynamique et stimulés par l'accompagnement de groupe dans leurs envies de changer de système agricole, ils se sont lancés dans des échanges de matières à une échelle territoriale restreinte.
L'un est céréalier stricte et cherche à s'affranchir de la fertilisation minérale à l'occasion de sa conversion au bio, le second est éleveur produisant de grandes quantités de fumier et le troisième, éleveur bio, s'est lancé dans un projet de méthanisation qui offre de belles opportunités pour ce trio basé dans la partie Nord-Est de la Marne. fleche Une complexité favorable à la résilience des échanges
Stéphane est céréaliculteur et depuis le lancement de sa conversion au bio, en 2009, il cherche à relocaliser son approvisionnement en matières organiques. Dans ce but, il a installé un élevage de volailles de chair bio sur son exploitation mais celui-ci ne permet de répondre qu'à une petite partie de ses besoins en fertilisants organiques.
Il met donc en place un échange paille-fumier avec Thibault, éleveur bovin intensif, qui génère des excédents de fumier. Ensuite, dans le cadre de l'installation de l'usine de méthanisation sur le GAEC de Geoffroy, ils investissent en commun dans un récupérateur des menues-pailles qui peuvent être valorisée dans le digesteur. Ainsi, un second échange entre les menues-pailles de Stéphane et le disgestat issu du méthaniseur se met en place.
Parallèlement et pour valoriser au mieux le digesteur, la luzerne de Stéphane est séchée avec la chaleur produite par le méthaniseur pour être directement consommée dans l'élevage de Geoffroy plutôt que de suivre le circuit classique par l'usine de déshydratation.

Depuis, la conversion au bio sur la ferme de Stéphane se poursuit et ses besoins en matière organique se précisent. Le compostage est obligatoire s'il veut utiliser le fumier de Thibault qui est en conventionnel mais le résultat de ce compost n'est pas régulier ; ils se rendent compte que le digestat issu du méthaniseur est un produit beaucoup plus constant que le compost et qui peut être directement utilisé sur des parcelles bio même si la matière première est issue d'une production conventionnelle. Ils décident donc de complexifier les échanges pré-existants.
Stéphane fourni toujours sa paille à Thibault qui ne fourni plus son fumier directement à Stéphane mais à Geoffroy pour qu'il soit valorisé dans le méthaniseur. Stéphane fourni également de la paille pour l'élevage de Geoffroy et le fumier qui en est issu est également valorisé dans le méthaniseur. Les menues-pailles de Stéphane sont toujours valorisée avec le méthaniser et la chaleur dégagée par la méthanisation permet toujours de sécher la luzerne qui sera consommée par les bovins de Geoffroy.
De tous ces échanges, Stéphane récupère de grandes quantité de digestat qu'il peut épandre sur ses parcelles bio et Thibault récupère également du digestat en compensation du fumier qu'il fourni.